Le prophète Daniel

DANIEL PERSÉVÈRE DANS LA PRIÈRE Daniel 6:10-15

Le courage et la fidélité de Daniel confirment sa foi véritable.

Daniel a prié ouvertement, sans se cacher, et ce, malgré le décret et le fait qu’il soit un homme qui honorait le roi et quil avait beaucoup de responsabilités.

Aucun motif nétait susceptible d’empêcher sa dévotion. Ceux qui ont du temps libre ici-bas et qui malgré ce fait, négligent leur âme sont inexcusables !

Daniel 6 : 10 lorsque Daniel sut que le décret était écrit, il se retira dans sa maison, où les fenêtres de la chambre supérieure étaient ouvertes dans la direction de Jérusalem ; et trois fois le jour il se mettait à genoux, il priait, et il louait son Dieu, comme il le faisait auparavant.

Lorsque Daniel réfléchit au décret, il n’attache pas une importance au risque à sa propre vie. Son ambition est d’obéir à Dieu et de lui plaire. S’il doit être appelé ainsi à donner sa vie, il le fera.

Actes 24 : 22-24a et maintenant voici, lié par l’Esprit, je vais à Jérusalem, ne sachant pas ce qui m’y arrivera seulement, de ville en ville, l’Esprit–Saint m’avertit que des liens et des tribulations m’attendent. Mais je ne fais pour moimême aucun cas de ma vie, comme si elle m’était précieuse

Daniel est épié, persécuté et scruté par ceux qui souhaitent sa fin.

Daniel 6 : 11 alors ces hommes entrèrent (chez Daniel dans le but de laccuser) tumultueusement, et ils trouvèrent Daniel qui priait et invoquait son Dieu.

Daniel ne craint ni la dénonciation, ni les accusations, ni les jugements et encore bien moins la sentence. Daniel craint Dieu seul.

Sa lutte est de demeurer fidèle à Dieu. La Parole de Dieu lui conseille de s’armer de la certitude que les méchants seront retranchés et que l’Éternel a soin de ceux qui s’attendent à lui.

Psaumes 34 : 31-33 la loi de son Dieu est dans son cœur ; ses pas ne chancèlent point. Le méchant épie le juste, et il cherche à le faire mourir. L’Éternel ne le laisse pas entre ses mains, et il ne le condamne pas quand il est en jugement.

Daniel 6 : 12 puis ils se présentèrent devant le roi, et lui dirent au sujet de la défense royale : N’as-tu pas écrit une défense portant que quiconque dans l’espace de trente jours adresserait des prières à quelque dieu ou à quelque homme, excepté à toi, ô roi, serait jeté dans la fosse aux lions ? Le roi répondit : la chose est certaine, selon la loi des Mèdes et des Perses, qui est immuable.

Calomnie, animosité et hypocrisie. Les conseillers et fonctionnaires mettent de la pression sur le roi Darius pour exécuter le décret royal. Ce n’est pas nouveau de voir quelqu’un de loyal, ayant la conscience en paix avec Dieu, se faire obstinément attaquer et mépriser par de proches collaborateurs. Daniel, cet homme intègre, loyal et honorable, est pris en advection et il est jugé comme le pire des malfaiteurs.

1 Pierre 2 : 19 car c’est une grâce que de supporter des afflictions par motif de conscience envers Dieu, quand on souffre injustement.

Daniel est persécuté, épié et jugé injustement, cependant nous savons quil a l’approbation de Dieu. Il accepte d’endurer des souffrances imméritées sans chercher à se défendre et ni en cherchant un moyen de se venger.

Daniel 6 : 13 ils prirent de nouveau la parole et dirent au roi : Daniel, l’un des captifs de Juda, n’a tenu aucun compte de toi, ô roi, ni de la défense que tu as écrite, et il fait sa prière trois fois le jour.

Le roi Darius fut piégé par ses conseillers et il réalise leurs méchancetés.

L’un des captifs de Juda. Daniel est présenté ici, non comme le fonctionnaire aimé du roi, mais comme membre d’un peuple étranger et soumis, afin de faire ressortir la gravité de sa désobéissance au point de vue politique.

Le roi avait du respect pour Daniel. Il cherche dans les lois des Mèdes et des Perses si elles n’offriraient pas quelque moyen d’annuler le châtiment.

Daniel 6 : 14 le roi fut très affligé quand il entendit cela ; il prit à cœur de délivrer Daniel, et jusqu’au coucher du soleil il s’efforça de le sauver.

Jusqu’au coucher du soleil, le roi fut très affligé de faire subir un châtiment terrible à un homme intègre.

À lexemple du roi Hérode qui a été piégé par la manipulation et quil fut attristé dêtre dans lobligation de faire couper la tête de Jean Baptist.

Luc 6 : 25-26 elle s’empressa de rentrer aussitôt vers le roi, et lui fit cette demande : je veux que tu me donnes à l’instant, sur un plat, la tête de Jean Baptiste. Le roi fut attristé ; mais, à cause de ses serments et des convives, il ne voulut pas lui faire un refus.

La jalousie, lenvie, la rivalité et le ressentiment qui remplissaient le cœur des conseillers du roi exigent la condamnation de Daniel. Le roi Darius est pris à son propre piège. À contrecœur, il se rendit à lexécution de sa propre loi.

Les conseillers du roi avaient tissé une toile daraignée autour de Darius et le roi devint le prisonnier de son décret.

Daniel 6 : 15 mais ces hommes insistèrent auprès du roi, et lui dirent : Sache, ô roi, que la loi des Mèdes et des Perses exige que toute défense ou tout décret confirmé par le roi soit irrévocable.

Back to Top