Le prophète Daniel

PÉCHÉ, JUSTICE ET JUGEMENT Daniel 5:10-21

En Babylonie, la reine mère occupait la plus haute position dans la maison royale et donnait des conseils occasionnellement. La reine encourage le roi à ne pas être troublé avant d’avoir reçu l’explication.

Qui est cette reine ?
Elle n
est pas une des femmes du roi qui assistaient au banquet.

  • Soit la mère du roi Belsatsar
  • Soit la femme de Naboned
  • Soit la fille de Nebucadnetsar
  • Soit la veuve de Nebucadnetsar

Un espace de vingt-trois ans seulement sépare cette époque de la mort du roi Nebucadnetsar, et l’on sait combien les femmes se marient jeunes en Orient.

Daniel 5 : 10 La reine, à cause des paroles du roi et de ses grands, entra dans la salle du festin, et prit ainsi la parole : O roi, vis éternellement ! Que tes pensées ne te troublent pas, et que ton visage ne change pas de couleur !

La reine, une fois informée de l’état violent où se trouvait le roi, donne le conseil de faire appel à Daniel. Elle se souvenant de Daniel, cet homme de Dieu.

Daniel était maintenant âgé, surement plus de soixante-quinze ans, c’est une des raisons qu’il fut oublié de la cour de ce roi. Suite aux recommandations de la reine, le roi demanda qu’on l’appelât dans la salle du festin.

Daniel 5 : 11-12 Il y a dans ton royaume un homme qui a en lui l’esprit des dieux saints ; et du temps de ton père, on trouva chez lui des lumières, de l’intelligence, et une sagesse semblable à la sagesse des dieux. Aussi le roi Nebucadnetsar, ton père, le roi, ton père, l’établit chef des magiciens, des astrologues, des Chaldéens, des devins, parce qu’on trouva chez lui, chez Daniel, nommé par le roi Beltschatsar, un esprit supérieur, de la science et de l’intelligencela faculté d’interpréter les songes, d’expliquer les énigmes, et de résoudre les questions difficiles. Que Daniel soit donc appelé, et il donnera l’explication.

Malgré la longue captivité de Daniel en Babylone, cet homme de Dieu était rempli d’intelligence, de la connaissance et d’une sagesse venant de Dieu.

Beaucoup de gens consultent les serviteurs de Dieu, plusieurs cherchent à comprendre en posant des plusieurs questions, ou pour se faire expliquer des choses difficiles, mais rares sont ceux qui cherchent le moyen de se détourner de leurs mauvaises voies et de se repentir. C’était exactement le cas de ce roi.

Daniel 5 : 13-14 Alors Daniel fut introduit devant le roi. Le roi prit la parole et dit à Daniel : es-tu ce Daniel, l’un des captifs de Juda, que le roi, mon père, a amenés de Juda J’ai appris sur ton compte que tu as en toi l’esprit des dieux, et qu’on trouve chez toi des lumières, de l’intelligence, et une sagesse extraordinaire.

Daniel fut convoqué et introduit grâce à l’explication qu’il avait donnée au roi Nebucadnetsar et à l’incapacité de résoudre l’énigme parmi les sages et de les astrologues.

Daniel 5 : 15 On vient d’amener devant moi les sages et les astrologues, afin qu’ils lussent cette écriture et m’en donnassent l’explication ; mais ils n’ont pas pu donner l’explication des mots.

Ce roi voulait recevoir l’explication et l’interprétation des écrits en voyant Daniel comme un habile interprète et non comme une personne pouvant le diriger à changer ses voies. C’est pourquoi ce roi voulait le récompenser.

Daniel 5 : 16 J’ai appris que tu peux donner des explications et résoudre des questions difficiles ; maintenant, si tu peux lire cette écriture et m’en donner l’explication, tu seras revêtu de pourpre, tu porteras un collier d’or à ton cou, et tu auras la troisième place dans le gouvernement du royaume.

Consulter pour garder son pouvoir de choisir sans se repentir.

Actes 8 : 18-23 Lorsque Simon vit que le SaintEsprit était donné par l’imposition des mains des apôtres, il leur offrit de l’argent, en disant : Accordezmoi aussi ce pouvoir, afin que celui à qui j’imposerai les mains reçoive le Saint–Esprit. Mais Pierre lui dit : Que ton argent périsse avec toi, puisque tu as cru que le don de Dieu s’acquérait à prix d’argent Il n’y a pour toi ni part ni lot dans cette affaire, car ton cœur n’est pas droit devant Dieu. Repens-toi donc de ta méchanceté, et prie le Seigneur pour que la pensée de ton cœur te soit pardonnée, s’il est possible ; car je vois que tu es dans un fiel amer et dans les liens de l’iniquité.

Belsatsar était impressionné que Daniel pût lui fournir l’interprétation et l’explication. Ce roi croyait consulter un homme de Dieu comme il avait l’habitude de consulter ses sages, ses astrologues et ses magiciens.

Il avait foi en son argent, car sa position de roi lui donnait ce privilège de connaitre les choses comme étant un dû. Son cœur n’était absolument pas droit devant Dieu. Sa crainte n’était pas motivé pour le respect envers Dieu.

Daniel agit selon les directives de Dieu.

Daniel 5 : 17 Daniel répondit en présence du roi : Garde tes dons, et accorde à un autre tes présents ; je lirai néanmoins l’écriture au roi, et je lui en donnerai l’explication.

Daniel a parlé à ce roi qui se comporte comme un insensé qui avait méprisé les choses saintes de Dieu.

Nous devrions refuser tous les cadeaux et les récompenses en provenance des gens qui donne sans connaître la repentance. Accomplissons notre devoir ici-bas, et consacrons-nous, dans la mesure du possible, au véritable service envers notre prochain.

Dieu n’est pas à vendre. Les services de Dieu et l’aide de son Esprit ne s’achètent pas non plus… car Dieu ne doit rien à personne.

Matthieu 22 : 21 De César, lui répondirentils. Alors il leur dit : Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu.

Le Seigneur Jésus-Christ avait dit : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu ». Jésus-Christ avait révélé leurs négligences à s’acquitter de ce qu’ils doivent à Dieu. Ce qui appartient à Dieu ne peut que lui être remis.

C’est ce que Daniel avait fait savoir à Belsatsar; Ton royaume, ton argent et tes biens ne t’appartiennent pas. Tout appartient à Dieu.

Job 41 : 11 De qui suisje le débiteur ? Je le paierai. Sous le ciel tout m‘appartient.

L’élévation et l’honneur appartient à Dieu seul.

Un reproche et une réprimande sévère de la part de Dieu est donné par la bouche de son serviteur Daniel. Daniel rappelle ce qui était arrivé au roi Nebucadnetsar.

Daniel 5 : 18-19 O roi, le Dieu suprême avait donné à Nebucadnetsar, ton père, l’empire, la grandeur, la gloire et la magnificence ; et à cause de la grandeur qu’il lui avait donnée, tous les peuples, les nations, les hommes de toutes langues étaient dans la crainte et tremblaient devant lui. Le roi faisait mourir ceux qu’il voulait, et il laissait la vie à ceux qu’il voulait il élevait ceux qu’il voulait, et il abaissait ceux qu’il voulait.

Daniel lui rappelle que Dieu abaisse toujours l’orgueilleux qui s’élève sans reconnaitre que tout vient de Lui.

Daniel 5 : 20 Mais lorsque son cœur s’éleva et que son esprit s’endurcit jusqu’à l’arrogance, il fut précipité de son trône royal et dépouillé de sa gloire ;

Se référant à l’histoire du roi Nebucadnetsar, Daniel informe le roi Belsatsar que seul Dieu est souverain et qu’Il a le pouvoir de dépouiller.

Daniel 5 : 21 il fut chassé du milieu des enfants des hommes, son cœur devint semblable à celui des bêtes, et sa demeure fut avec les ânes sauvages ; on lui donna comme aux bœufs de l’herbe à manger, et son corps fut trempé de la rosée du ciel, jusqu’à ce qu’il reconnût que le Dieu suprême domine sur le règne des hommes et qu’il le donne à qui il lui plaît.

C’est un appel à la repentance. L’Esprit de Dieu inspirait Daniel de convaincre le roi du péché, de justice et de jugement. Dans l’Ancienne Alliance, le Saint-Esprit utilisait des prophètes pour convaincre les gens. Dans la nouvelle alliance, l’Esprit se sert encore des hommes, mais il peut agir directement envers celui qui mérite d’être repris.

Jean 16 : 8 Et quand il sera venu, il convaincra le monde en ce qui concerne le péché, la justice, et le jugement:

C’est le Saint-Esprit qui convainc la conscience de l’homme concernant le péché, la justice, et le jugement à venir. Malheureusement, plusieurs interprètent l’appel à la repentance avec le faux sentiment de condamnation.

Back to Top