Le prophète Daniel

BANQUET DU ROI BELSCHATSAR Daniel 5:1-9

Belsatsar, descendant de Nebucadnetsar. Balthasar en grec est Bel-sar-oussour

Son nom signifie : « Bel protège le roi ! Ce nom ressemble pour la consonance au nom babylonien de Daniel, Beltsatsar, mais s’en distingue par l’orthographe et par le sens du nom.

Daniel 5 : 1 Le roi Belschatsar donna un grand festin à ses grands au nombre de mille, et il but du vin en leur présence.

Ces festins avec plus de mille invités n’étaient pas rares dans l’antiquité. Le livre d’Esther nous parle d’un festin bien plus considérable encore.

Esther 1 : 3-5 La troisième année de son règne, il fit un festin à tous ses princes et à ses serviteurs ; les commandants de l’armée des Perses et des Mèdes, les grands et les chefs des provinces furent réunis (plusieurs milliers) en sa présence. Il montra la splendide richesse de son royaume et l’éclatante magnificence de sa grandeur pendant nombre de jours, (le festin dura) pendant cent-quatre-vingts jours. Lorsque ces jours furent écoulés, le roi fit pour tout le peuple qui se trouvait à Suse, la capitale, depuis le plus grand jusqu’au plus petitun (autre) festin qui dura sept jours, dans la cour du jardin de la maison royale.

On raconte que plus de dix-mille convives furent invités au banquet de noces d’Alexandre le Grand à Babylone.

Belsatsar, en présence des mille invités, il but. Il faut se représenter, selon la coutume orientale, le roi assis à une table spéciale, sur un siège élevé, en face de ses convives, et donnant le signal de boire. On ne commençait à boire le vin qu’à la fin du repas. Belsatsar dissipant son temps et argent comme dans la Parabole du fils perdu.

Luc 15 : 12-13 Le plus jeune dit à son père: Mon père, donne-moi la part de bien qui doit me revenir. Et le père leur partagea son bien. Peu de jours après, le plus jeune fils, ayant tout ramassé, partit pour un pays éloigné, où il dissipa son bien en vivant dans la débauche.

Une personne qui perd son temps avec insouciante, alors que ses pères ont combattu et construits. Une personne qui dépense de largent sans compter, ce quil na pas travaillé. Ce nest pas une bonne chose et le début de la fin, quand lhomme considère les dons de Dieu comme des dettes qui leur sont dues.

Cette attitude précède la chute.

Proverbes 11 : 28 Celui qui se confie dans ses richesses tombera, Mais les justes verdiront comme le feuillage.

Daniel 5 : 2 Belschatsar, quand il eut goûté au vin, fit apporter les vases d’or et d’argent que son père Nebucadnetsar avait enlevés (62 ans auparavant), du temple de Jérusalem afin que le roi et ses grands, ses femmes et ses concubines s’en servissent pour boire.

Belschazar était en pleine de confiance dans la robustesse et lépaisseur de ses murailles et de ses portes d’airain qui protégeaient son royaume. Belschazar consumait son temps et ses forces par des fêtes sans fin. Ces fêtes qui étaient remplies de sensualités, de luxures et dinsouciances. Il célébrait les faux dieux et il les honorait en offrant de la débauche dans les vases sacrés de l’Éternel.

Matthieu 7 : 6 Ne donnez pas les choses saintes aux chiens, et ne jetez pas vos perles devant les pourceaux, de peur qu’ils ne les foulent aux pieds, ne se retournent et ne vous déchirent.

Ce roi n’a eu aucune considération ni crainte et de respect pour les choses saintes et qui appartiennent à Dieu. La loi mosaïque considérait les chiens et les pourceaux comme les animaux impurs ; ici, les femmes et les concubines de Belschazar, sont des gens pervers.

En combinant des citations du prophète Esaïe

Esaïe 56 : 7 Je les amènerai sur ma montagne sainte, Et je les réjouirai dans ma maison de prière ; Leurs holocaustes et leurs sacrifices seront agréés sur mon autel ; Car ma maison sera appelée une maison de prière pour tous les peuples.

Ceux du prophète Jérémie

Jérémie 7 : 11 Estelle à vos yeux une caverne de voleurs, Cette maison sur laquelle mon nom est invoqué ? Je le vois moi-même, dit l’Éternel.

Et le paroles de Jésus-Christ dans le temple

Matthieu 21 : 12-13 Jésus entra dans le temple de Dieu. Il chassa tous ceux qui vendaient et qui achetaient dans le temple ; il renversa les tables des changeurs, et les sièges des vendeurs de pigeons. Et il leur dit : Il est écrit: Ma maison sera appelée une maison de prière. Mais vous, vous en faites une caverne de voleurs.

Belschazar profanait les choses de Dieu. Ce fait renferme deux messages pour nous dans notre temps. Nous sommes le temple et des vases de Dieu, notre vie ne doit pas être utilisée sans crainte et respect de Dieu.

Noublions pas que le Seigneur exerce son ministère de purification dans notre corps, qui est le temple du Saint-Esprit.

2 Timothée 2 : 20 Dans une grande maison, il n’y a pas seulement des vases d’or et d’argent, mais il y en a aussi de bois et de terre les uns sont des vases d’honneur, et les autres sont d’un usage vil.

La grande maison se réfère à lensemble des églises. Les vases d’or et d’argent représentent les membres de lÉglise véritable.

2 Timothée 2 : 16-17 Évite les discours vains et profanes ; car ceux qui les tiennent avanceront toujours plus dans l’impiété, et leur parole rongera comme la gangrène. De ce nombre sont Hyménée et Philète.

Les vases de bois et de terre ne se réfèrent pas aux incrédules en général, mais aux mauvais serviteurs et à ceux qui enseignaient de fausses doctrines.

Daniel 5 : 3-4 Alors on apporta les vases d’or qui avaient été enlevés du temple, de la maison de Dieu à Jérusalem ; et le roi et ses grands, ses femmes et ses concubines, s’en servirent pour boire. Ils burent du vin, et ils louèrent les dieux d’or, d’argent, d’airain, de fer, de bois et de pierre.

Au moment le plus fort de sa joie, Belschazar fut subitement troublé par une main qui traçait sur la muraille des caractères mystérieux.

Daniel 5 : 5-6 En ce moment, apparurent les doigts d’une main d’homme, et ils écrivirent, en face du chandelier, sur la chaux de la muraille du palais royal. Le roi vit cette extrémité de main qui écrivait. Alors le roi changea de couleur, et ses pensées le troublèrent ; les jointures de ses reins se relâchèrent, et ses genoux se heurtèrentl’un contre l’autre.

Belsatsar est passé d’un sentiment de bienêtre à une grande anxiété. Au milieu de la gaité, des plaisirs charnels et des cérémonies dopulences, un jugement du Dieu vivant apparait subitement sur un mur. Sa recherche de sécurité et de sensualité, chez ce monarque, est les causes de sa ruine imminente.

Jean 8 : 9 Quand ils entendirent cela, accusés par leur conscience, ils se retirèrent un à un, depuis les plus âgés jusqu’aux derniers ; et Jésus resta seul avec la femme qui était là au milieu.

Lapparition des doigts et dune main a immédiatement saisi la conscience du roi Belsatsar et ce, même sil ne savait ce que ce message signifiait. Cette apparition a attaqué la conscience de linsouciant roi.

Daniel 5 : 7-9 Le roi cria avec force qu’on fît venir les astrologues, les Chaldéens et les devins ; et le roi prit la parole et dit aux sages de Babylone : Quiconque lira cette écriture et m’en donnera l’explication sera revêtu de pourpre, portera un collier d’or à son cou, et aura la troisième place dans le gouvernement du royaume. Tous les sages du roi entrèrent ; mais ils ne purent pas lire l’écriture et en donner au roi l’explication. Sur quoi le roi Belschatsar, fut très effrayé, il changea de couleur, et ses grands furent consternés.

Lécriture sur le mur par le doigt de Dieu fut assez puissante pour effrayer le plus fier puissant de roi de cette époque. Hors de lui, il fait venir ses mages ; mais aucun d’eux ne peut comprendre les mots qui étaient écrits sur le mur.

Luc 16 : 19 Il y avait un homme riche, qui était vêtu de pourpre et de fin lin, et qui chaque jour menait joyeuse et brillante vie.

Ce verset conclut le discours de Jésus-Christ à propos de l’administration des biens matériels que nous avons dans cette vie.

Remarquons qu’il n’est pas dit qu’il s’agit d’une parabole. Donc, l’homme riche, anonyme (peut-être Belschatsar). Il n’a pas été jeté dans les tourments parce qu’il était riche, mais parce quil a démontré du mépris envers le pauvre couché à sa porte. S’il avait eu l’amour de Dieu en lui, il n’aurait pas pu vivre dans le luxe, le confort et l’abondance alors qu’un pauvre était juste là.

Dieu a écrit sur le mur les résultats de Belschatsar et de son administration.

Back to Top